top of page

POUVOIRS POLITIQUES & MOUVEMENTS-P1.

Dernière mise à jour : 14 juin 2023

1ère PARTIE : LES TROIS PREMIERS SIÈCLES.


LE MOUVEMENT APOSTOLIQUE ORIGINEL et

LES POUVOIRS POLITIQUES LORS DES TROIS PREMIERS SIÈCLES [1]

Il est écrit dans la Bible : « Souvenez-vous de ce que je vous ai déjà dit : le serviteur n’est jamais supérieur à son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront vous aussi ; s’ils ont gardé mes paroles, ils garderont aussi les vôtres. » Jean 15v20

Conformément à la déclaration ci-dessus faite par leur Maître et Seigneur, Jésus le Christ, il ne fut donc pas surprenant que ses premiers disciples et ambassadeurs soient devenus l’objet des persécutions de la part de ceux qui ne toléraient pas les activités missionnaires et les diverses convictions auxquelles les nombreux chrétiens s’engageaient.


Ainsi les écrits bibliques nous relatent comment, dès les premiers instants de la proclamation du message chrétien, Etienne devint le premier martyr dans sa propre nation[17]. Il sera suivi par la mise à mort de l’apôtre Jacques (fils de Zébédée et frère de l’apôtre Jean) qui fut décapité, en l’an 43-44, sous les ordres du roi Agrippa 1er (ou Hérode Agrippa). Agrippa 1er : Né en l'an 10 avant J.-C., petit-fils d'Hérode le grand, fils d'Aristobule et de Bérénice et neveu d'Hérode Antipas. Il fut à la fois l’avant dernier souverain de la dynastie des Hérodiens et le dernier roi juif de Judée. Cette dynastie, en tant que vassal de l’Empire romain, a régné sur la Judée du 1er siècle av.J.C. au 1er siècle ap.J.C.

Agrippa 1er avait d’abord reçu de l’empereur romain Caligula les provinces du nord et du nord-est de la Palestine, avec le titre de roi. Puis l’empereur romain Claude y avait ajouté la Samarie et la Judée, de sorte qu'il régna sur tout le territoire jadis gouverné par son grand-père Hérode le grand dont la cruauté fut légendaire. En effet, il n’est pas sans importance de signaler que ce dernier, d’une part, pour consolider sa souveraineté, avait retiré le pouvoir politique aux prêtres qui dirigeaient la Judée depuis le début de l'époque du Second Temple. Et d’autre part, pour parvenir à éloigner toute concurrence politique susceptible de menacer son pouvoir, il avait fait assassiner sa propre épouse ainsi que plusieurs de ses enfants. Enfin, cette disposition à la cruauté fut davantage manifestée lorsque, voulant faire mourir l'enfant Jésus de Nazareth, il décida de tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire[18].


Après les événements très poignants concernant Etienne et l’apôtre Jacques ; la longue série, de persécutions aussi bien physiques que mentales contre les nombreux disciples de Jésus-Christ, s’ouvrira. Voyons alors quelques persécutions majeures qui se sont concrétisées durant les trois premiers siècles de notre ère (de l’an 60 à l’an 300) ; sachant que ces dernières furent systématiquement organisées par divers empereurs romains qui dominaient le monde lors de cette longue période de l’Histoire de l’Humanité.

Parmi les empereurs régisseurs de ces persécutions, il y a eu successivement :

- L’empereur Néron : Son règne s’est étalé de l’an 54 à l’an 68. Ce monarque (le dernier de la première dynastie impériale romaine connue sous le nom des Julio-Claudiens[20]) fut notamment un tyran cruel, car non seulement il décréta l’assassinat de sa mère nommée Agrippine ; mais surtout en juillet 64, ce fut sous ses ordres qu’après avoir été accusés coupables d’un grand incendie à Rome, plusieurs chrétiens furent aussi bien donnés aux lions dans les arènes, que crucifiés et brulés vifs afin d’illuminer ses jardins impériaux. En outre, il est important de mentionner ici que le martyre de l’apôtre Pierre et celui de l’apôtre Paul survinrent lors du règne de ce grand despote et empereur Néron. Les deux exécutions se seraient donc produites lors des persécutions qu’il avait ordonnées du mois de juillet 64 à la fin de son règne en Juin 68.


- L’empereur Domitien : Son règne s’est établi entre l’an 81 et l’année 96. Ce monarque (dernier de la deuxième dynastie impériale appelée les Flaviens, frère et successeur de l’empereur Titus[21]) est celui qui fera démarrer un ensemble d'exécutions violentes, de confiscation de biens et d’exils forcés sur des îles envers les hommes et femmes qui auraient été soupçonnés de s’opposer à son pouvoir. Parmi ces personnes, au sein de toutes les classes sociales (du dignitaire de l’Empire au simple esclave), il y avait particulièrement de nombreux chrétiens qui furent touchés par ce nouveau système des persécutions. Et l’apôtre Jean est l’un de ces exilés chrétiens. Il se retrouva emprisonné à l’île de Patmos, lieu où il allait recevoir les révélations de Jésus-Christ mentionnées dans le dernier livre de la Bible, le livre d’Apocalypse.

Quel que soit donc le motif principal à retenir et qui aurait poussé cet empereur à commettre toutes ces horribles atrocités, il est sans contredit que son implacable tyrannie a joué un rôle considérable dans la motivation des comploteurs qui sont parvenus à l’assassiner en Septembre de l’an 96.


- L’empereur Trajan : Il gouverna l’Empire romain de l’an 98 à l’an 117 et c’est sous son règne que ce dernier connut son plus grand élargissement. Ce célèbre monarque (deuxième de la troisième dynastie impériale appelée Les Antonins) fut le premier empereur romain de l’histoire qui a pu légaliser d’une manière générale l’interdiction de tous les rassemblements chrétiens, car considérés comme des congrégations secrètes et dangereuses. Il est toutefois utile de mentionner que pendant son règne (qui ne peut donc être résumé qu’à cette dite interdiction) chaque chrétien ne faisait pas l’objet ciblé de recherches et de poursuites uniquement en raison de sa foi.

- L’empereur Marc-Aurèle : Ce monarque (cinquième et dernier de la troisième dynastie impériale romain des Antonins) régna de l’an 161 à l’an 180, après avoir succédé aux empereurs nommés Hadrien et Antonin le Pieux. Ainsi comme lors de la gouvernance concernant ses deux proches prédécesseurs, les persécutions d’ordre général contre les assemblées chrétiennes ne cessèrent point pendant le règne de l’empereur Marc-Aurèle. Pour autant, il n’est pas inutile de signaler ici quelques cas particuliers de martyrs chrétiens au sein de l’Empire romain durant cette époque :

>Polycarpe, un évêque de bonne réputation (longtemps exilé dans l’île de Patmos, il sera plus tard dans sa vieillesse brûlé vif à cause de sa foi).

>Les martyrs de Lyon (un groupe de chrétiens mis à mort, dont Pothin, l’évêque de la ville fut partie).

>Le renommé apologète Justin de Naplouse, surnommé Justin martyr. Il fut parmi l’un de ces chrétiens exécutés à Rome, car considéré aussi comme rebelle par le pouvoir impérial car ayant refusé de rejoindre l’espace sacrificiel dédié aux dieux païens.


- Les empereurs Dèce et Valérien : Avant de faire allusion à ces deux empereurs, il est important de signaler qu’après le remplacement de la dynastie des Antonins par celle des Sévères qui dura de l’an 193 à l’an 235, les persécutions d’ordre général contre les assemblées chrétiennes ne cessèrent point. En outre, de l’an 235 à l’année 284, l’Empire romain connut une phase de grave crise et d’anarchie militaire. Deux unités de soldats de l’armée romaine (légionnaires et prétoriens) se disputèrent le pouvoir. Ainsi plusieurs empereurs proclamés ou dissidents conduisirent l’Empire dans une période d’instabilité ; ce dernier faisant face notamment à une série de crises politiques, économiques, sociales, spirituelles et morales. Les plus réputés d’entre ces monarques et militaires sont : le général Dèce (qui régna de l’an 249 à l’an 251) et le commandant Valérien (qui gouverna de l’an 253 à l’an 260). Ces deux monarques, qui arrivèrent au pouvoir après coup d’État militaire, contribuèrent à la mise en place de la persécution systématique des chrétiens au sein de l’Empire romain.

Sur ce, l’empereur Dèce, très grand partisan des traditions ancestrales, s’appliqua dès le début de son règne à imposer, à tous les citoyens de l’empire, le culte (ou les séances de sacrifices) aux nombreux dieux païens qui étaient censés être des protecteurs de l’État. Cet acte rituel devrait donc s’effectuer personnellement devant les autorités locales et attesté par un certificat particulier de sacrifice. Tout ceci entraina une forte hostilité par rapport à chaque chrétien de l’empire, car chacun d’eux devrait alors choisir entre la dévotion à Christ et la mort. Par conséquent, même si une telle cruauté provoqua plusieurs cas de personnes qui abandonnèrent la confession chrétienne, beaucoup d’autres (et plus nombreux) préférèrent la mort. Parmi la multitude de persécutés de cette époque, il y eut : >Origène (né dans une famille chrétienne ; déjà jeune, il assista à la décapitation de son père en martyr chrétien quand régnait encore la dynastie des Sévères. Considéré comme le fondateur de l’exégèse biblique, il mourut après avoir été emprisonné et subi d’atroces tortures).

Quant à l’empereur Valérien, il élabora sans aucune hésitation les persécutions dans la lignée de son prédécesseur Dèce. Dans un premier temps, après avoir interdit des réunions chrétiennes, puis ordonné aux évêques et diacres chrétiens de faire des sacrifices aux dieux païens sous peine d’être envoyé en exil sur une île ; ce monarque instaura une seconde période encore plus cruelle. En effet, non seulement tous les anciens exilés étaient voués à être exécutés, mais aussi tout refus de faire des sacrifices aux divinités païennes était désormais assorti d’une condamnation à mort. Il exigea par ailleurs aux hauts fonctionnaires concernés par la chrétienté de renier leur foi, sinon ils perdraient leur titre (par exemples : celui de chevalier, ou de sénateur). Ainsi, toute première opposition les conduisait à être dépossédés de leurs biens matériels ; et toute récidive était un acte de rébellion puni par la mort. Il est donc à noter que comme les ordonnances de l’empereur Valérien concernaient principalement les très hauts dignitaires de l’empire romain, ainsi que l’ensemble de responsables de communautés chrétiennes ; ce mode opératoire ne fut alors à l’origine que d’un nombre moins important de gens qui renièrent leur foi chrétienne par peur des persécutions.

Parmi les personnes exécutées lors de cette époque, il y eut :

>Cyprien le Carthagien (né dans une famille païenne ; mais après sa conversion au christianisme, il devint évêque de Carthage. Plusieurs fois déjà persécuté sous le règne de l’empereur Dèce ; c’est donc sous le règne de l’empereur Valérien qu’il fut arrêté et décapité en Septembre 258).

>Sixte II (évêque de Rome) et plusieurs diacres de sa ville furent aussi décapités sous le règne de l’empereur Valérien.


- L’empereur Dioclétien : Afin de résister aux invasions barbares contre l’Empire, ce monarque fut le choix de mettre en place un système de gouvernance à quatre, qu’il est parvenu à dominer pendant son règne ; lequel dura de l’an 284 à l’an 305. En outre, suite à des ordonnances impériales édictées par ce quatuor, une série atroce de persécutions à l’égard de tous les disciples chrétiens conduisit à qualifier l’empereur Dioclétien comme étant le plus cruel de tous les empereurs romains.

En effet, durant son règne, sur tous les territoires de l’empire il était principalement question :

de détruire les livres chrétiens et tous les lieux de rassemblements/édifices destinés aux chrétiens ;

de priver tous les dignitaires (ayant la confession chrétienne) de leurs charges, leurs droits, ainsi que de leurs dignités ; d’obliger, aussi bien tous les responsables du culte chrétien que chaque simple disciple chrétien, de faire des cérémonies sacrificielles à l’honneur des empereurs déifiés et des diverses divinités païennes, sous peine de tortures et d’exécutions.

Cette horrible période, qui causa de nombreux martyrs et qui prit officiellement fin en l’an 313, est communément appelée la persécution de Dioclétien ou la grande persécution.


PROCHAIN NUMÉRO


======================================================================= [1] Pour les noms, dates et lieux : les informations sont tirées du livre intitulé « MEMOIRE DU

CHRISTIANISME » - Editions Larousse 1999

[17] Bible, Actes 7v59 [18] Bible, Matthieu 2v16-18

[19] Bible, Apocalypse 6v10-11

[20] Dynastie fondée par Octave dont les successeurs sont : Tibère, Caligula, Claude et Néron

[21] Ce monarque est connu pour avoir organisé la prise de Jérusalem et la destruction annoncée par Jésus-Christ du Second Temple en l’an 70 ap.J.C.

Comentários


bottom of page