top of page

DATES&EVENTS-P1

Dernière mise à jour : 9 avr. 2022

1ère PARTIE Les Trois Premiers Siècles[1]

L’an 9 av. J.-C.

Le Second Temple de Jérusalem (centre principal du culte lévitique dont la reconstruction a pris plusieurs années) fait l’objet d’une consécration solennelle.

Vers l’an 5/4 avant l’ère chrétienne

Envoyé par l’empereur Auguste, un haut fonctionnaire nommé Quirinius s’attela à organiser un premier recensement de la population judéenne. Et selon l’évangile de Luc, l’un des fidèles compagnons de l’apôtre Paul ; c’est à cette période que Jésus de Nazareth est né[2].

À partir de l’an 4 av. J.-C.

C’est en tant que vassaux de l’Empire romain qu’en l’an 4 av. J.-C. après la mort de Hérode le grand, ses trois fils se partagèrent le royaume : Hérode Archélaos régna sur la Judée, l’Idumée et la Samarie jusqu’en l’an 6 apr. J.-C. ; Hérode Philippe II sur toute la partie nord-est du royaume jusqu’en l’an 34 apr. J.-C. ; et Hérode Antipas sur la Galilée et la Pérée jusqu’en l’an 39 apr. J.-C.


De l’an 26 à l’an 36 apr. J.-C.

L’un des grands intendants des domaines impériaux, le célèbre proconsul Ponce Pilate administra la Judée et la Samarie.


L’an 30 apr. J.-C.

Plusieurs jours après la crucifixion et la résurrection de Jésus Christ, ce fut (à Jérusalem) le début, la naissance de son Eglise dite primitive.


Vers l’an 34/35 apr. J.-C.

Considéré comme blasphémateur à l’égard du Temple de Jérusalem, Etienne, juif helléno-chrétien, est lapidé par ses accusateurs. Et à cette même époque, ce fut aussi les premières persécutions massives des judéo-chrétiens en Judée-Samarie.


Vers l’an 34/35 apr. J.-C.

Saul de Tarse (appelé plus tard Paul), fervent juif pharisien, après une vision sur la route de Damas, se convertit à la foi en Jésus-Christ.


Vers l’an 37/38 apr. J.-C.

À Jérusalem, puis en Syrie et en Silicie, Paul va accomplir ses premières interventions en tant que disciple de Jésus-Christ.


De l’an 41 à l’an 44 apr. J.-C.

Hérode Agrippa 1er gouverne tout le territoire la Palestine.


L’an 43 apr. J.-C.

L’apôtre Jacques, fils de Zébédée, subit le martyre sous le règne de Agrippa 1er.


L’an 44 apr. J.-C.

Pour la première fois, les apôtres se réunissent en assemblée de responsables chrétiens pour discuter des problèmes posés suite à la conversion de plusieurs païens qui jusque-là étaient totalement ignorants des écrits bibliques. Le sujet principal fut 'la circoncision ou pas des pagano-chrétiens'.


L’an 45 apr. J.-C.

Pour son premier principal voyage missionnaire, l’apôtre Paul parcourt plusieurs territoires en Asie mineure.


De l’an 48 à l’an 51 apr. J.-C.

Pour son second principal voyage missionnaire, c’est à partir de l’Asie mineure, que Paul entama un long périple qui l’amena d’abord en Grèce.


L’an 49 apr. J.-C.

Alors que l’empereur Claude décide de chasser tous les juifs de Rome ; une communauté des disciples de Jésus-Christ se met en place dans cette ville principale de l’Empire. C’est la fondation de l’église de Rome.


L’an 50 apr. J.-C.

Depuis la ville de Corinthe, Paul commence à envoyer ses instructions aux communautés qu’il a fondées.


De l’an 51 à l’an 56 apr. J.-C.

L’apôtre Paul effectue son troisième principal voyage missionnaire dans plusieurs territoires en Asie Mineure et en Grèce (territoire situé en Europe du sud).


L’an 56 apr. J.-C.

L’apôtre Paul écrit à l’église de Rome. Sa fameuse lettre traite essentiellement des problèmes théologiques et éthiques.


De l’an 56 à l’an 60 apr. J.-C.

Après avoir été arrêté à Jérusalem, L’apôtre Paul est emprisonné à Césarée pendant environ deux ans. Puis au terme d’un très long voyage, Paul arrive à Rome dans le but d’être renvoyé devant les tribunaux romains.


L’an 62 apr. J.-C.

Après avoir été jeté du haut du Temple de Jérusalem sur ordre du souverain sacrificateur de l’époque ; l’apôtre Jacques, surnommé le juste, responsable principal de la communauté chrétienne de Jérusalem est mis à mort par lapidation.


Vers l’an 64 apr. J.-C.

Pierre et Paul, apôtres de Jésus-Christ, l’un après l’autre sont exécutés. Ils subirent le martyre sous le règne de Néron qui rejeta la responsabilité du grand incendie de Rome aux chrétiens et provoqua une persécution massive à leur égard.


De l’an 66 à l’an 73 apr. J.-C.

Sur l’ensemble du territoire de la Palestine, la guerre judéo-romaine fait rage.


L’an 66 apr. J.-C.

Les judéo-chrétiens fuient la Palestine pour la Jordanie occidentale.


L’an 68 apr. J.-C.

L’armée romaine détruit la colonie religieuse des esséniens à Qumram (ville située sur la rive ouest de la mer Morte, à la limite de la Judée, Idumée et Pérée)


L’an 70 apr. J.-C.

Les Romains assiègent et détruisent Jérusalem, en particulier le Second Temple. Ce siège est l'évènement déterminant de la première des trois révoltes des Juifs dans la province de Judée contre l'Empire romain. Et à l’an 73 apr. J.-C., l’armée romaine conquit Massada (ville située sur les rives de la Mer Morte), laquelle est la dernière forteresse juive détruite dans cette guerre judéo-romaine.


Vers 70/71 apr. J.-C.

Marc, parenté de l’apôtre Pierre, écrit son Evangile. (Ceux de Matthieu et de Luc seront écrits entre l’an 80 et l’an 100).


De l’an 81 à l’an 96 apr. J.-C.

Sous le règne de l’empereur Domitien, les chrétiens connurent une grande vague de persécutions aussi bien à Rome que dans plusieurs villes de l’Empire.


Vers l’an 90 apr. J.-C.

C’est le début d’une longue période (90-150) durant laquelle les écrits des responsables chrétiens (appelés pères apostoliques) vont permettre aux églises de bénéficier des instructions concernant la manière de vivre en tant que chrétiens.


L’an 95 apr. J.-C.

Pour la première fois, les responsables de la communauté des disciples chrétiens à Rome s’attribuent officiellement le rôle de la direction du christianisme ambiant.


L’an 96 apr. J.-C.

L’apôtre Jean, fils de Zébédée, écrit le livre de l’Apocalypse ; alors que lui et les autres chrétiens subissent des persécutions sous le règne de l’empereur Domitien.


L’an 115 apr. J.-C.

Au sein de la communauté des disciples de Rome, Sixte 1er (l’évêque de la ville) institue la fête pascale pour commémorer la mort et la résurrection de Jésus.


L’an 117 apr. J.-C.

L’évêque d’Antioche, nommé Ignace de Syrie (probable disciple direct des apôtres Pierre et Jean) subit le martyre sous le règne de l’empereur Trajan.


L’an 135 apr. J.-C.

Ancien philosophe païen converti au christianisme, Justin de Naplouse est celui qui applique pour la première fois au Christ la notion « LOGOS ». Il sera plus tard mis à mort sous le règne de l’empereur Marc-Aurèle.


Vers l’an 135 apr. J.-C.

C’est le début d’une longue période (135-170) durant laquelle les responsables chrétiens (appelés pères apologistes) vont défendre le christianisme contre les critiques des philosophes païens.


L’an 144 apr. J.-C.

Ancien païen converti au christianisme, Marcion de Sinope, déclare incompatible le Dieu créateur de l’Ancien Testament et le Dieu révélé par le Nouveau Testament. Suite à l’opposition manifestée envers son approche ; avec plusieurs de ses partisans, Marcion se sépare de la communauté de Rome.


Vers l’an 180 apr. J.-C.

Les responsables chrétiens de plusieurs églises définissent le canon fixant le Nouveau Testament.

Dans la même période, la doctrine gnostique (mélange des croyances antiques du salut et du christianisme ambiant) atteint son apogée.

L’an 190 apr. J.-C.

L’évêque de Rome, nommé Victor, ne parvient pas à imposer à toutes les églises la datation romaine de la fête pascale. Et à la même époque, un ancien païen converti au christianisme, Montanus de Phrygie et les nombreux partisans de la doctrine « Nouvelle Prophétie » sont exclus de la communauté chrétienne.

Vers l’an 210 apr. J.-C.

Hyppolite de Rome, fervent partisan d’une étude approfondie et critique des textes relatifs à la Bible (en d’autres termes, exégète biblique) développe une liturgie de la célébration eucharistique.

L’an 217 apr. J.-C.

Suite à un grave conflit interne, l’église de Rome est pour la prmière fois dirigée par deux évêques. D’une part, Calixte 1er ; et d’autre part, Hyppolite.

L’an 250 apr. J.-C.

Pour la première fois, la persécution systématique contre tous les chrétiens de l’Empire romain est mise en place sous le règne de l’empereur Dèce.


L’an 254 apr. J.-C.

Considéré comme le fondateur de l’exégèse biblique et du dogmatisme chrétien, Origène d’Alexandrie est mis à mort après d’atroces tortures sous le règne de l’empereur Valérien.

L’an 256 apr. J.-C.

Suite aux difficultés posées par le fait de renouveler le baptême des hérétiques, il survint une grande querelle entre les responsables de la communauté chrétienne de Carthage et ceux de Rome. Cette querelle va mettre, pour la première fois, en difficulté ce qui est même le christianisme.

L’an 258 apr. J.-C.

Cyprien, évêque de Carthage (ville située en Afrique du Nord), ancien païen berbère converti au christianisme et un des témoins majeurs de la doctrine de tradition occidentale du mouvement des catholiques ou universalistes, subit le martyre sous le règne de l’empereur Valérien.

L’an 260 apr. J.-C.

La lutte entre l’évêque de Rome (représentant de la théologie occidentale) et celui d’Alexandrie (représentant de la théologie orientale) éclate officiellement. Ils divergent totalement sur la notion de la relation qui unit Christ à Dieu le Père.

L’an 268 apr. J.-C.

Les évêques d’Asie Mineure décident d’excommunier l’évêque de Samosate (ville située en actuelle Turquie) nommé Paul ; car ce dernier déclare ne pas voir Dieu en Christ. Il considère donc Jésus Christ comme un homme inspiré de Dieu. Cette réunion d’évêques statua sur le concept de « logos » à l’étude de la personne de Christ, au sein des églises de la région.

Vers l’an 300 apr. J.-C.

L’empereur Dioclétien va déclencher une très grande persécution concernant tous les chrétiens au sein de l'Empire romain. Il sera ainsi considéré comme le plus cruel des empereurs.



========================================================================

PROCHAIN NUMÉRO

2ème PARTIE : Dates & Évènements du IIIè au XIè siècle apr. J.-C.

[1] Dates et lieux : les informations sont tirées du livre intitulé « MEMOIRE DU

CHRISTIANISME » - Editions Larousse 1999

[2] Bible, Luc 1v4 ; 2v1-6 et Matthieu 2v1-2.

Kommentare


bottom of page